Rendement locatif

Si vous souhaitez gagner de l’argent en investissant dans l’immobilier, alors l’immobilier locatif est ce que vous devez privilégier. Ainsi, avec ce type d’investissement, vous aurez un rendement locatif. Cet article a pour but de vous expliquer ce qu’est ce genre de rendement et en quoi il sera indispensable à bien maîtriser si vous souhaitez réussir en investissement immobilier.

Rendement locatif, définition et enjeux

L’objectif d’un investissement, quel qu’il soit, est d’être rentable. Il en va de même avec l’investissement dans l’immobilier locatif. Ainsi, on entend par rendement locatif, le ratio entre ce que vous allez dépenser pour votre investissement et ce que vous allez gagner. Pour calculer un rendement, voici une formule toute simple :

Revenu Prix de revient.

Par revenu, on entend le loyer hors taxe que vous allez effectivement percevoir, auquel on déduit les charges incombant. Et par prix de revient, on entendu le coût que représente le bien immobilier, par exemple une mensualité d’un crédit immobilier. Avant de vous lancer dans l’investissement, vous devez définir votre objectif de rendement locatif, et prévoir votre investissement en ce sens. Votre objectif doit être réaliste, doit prendre en compte la réalité économique ainsi que votre budget. Il se calcule généralement sur une année, et s’exprime en pourcentage. Généralement, le rendement moyen dans ce secteur est de 10% par an, ce qui est très élevé en comparaison avec d’autres types d’investissement.

Il faut distinguer le rendement locatif brut et net. Généralement, il n’y a que peut de différences entre le brut et le net (en excluant la fiscalité), mais cela dépend beaucoup des conditions de location et notamment du bail. L’un des moyens pour connaitre le rendement moyen est de s’adresser à des professionnels du secteur géographique dans lequel vous souhaitez investir, vous saurez alors à quoi vous attendre. Vous avez également la possibilité de consulter des forums sur internet dédiés à l’investissement dans l’immobilier afin de pouvoir discuter entre investisseurs et avoir des conseils. Enfin, notez que vous ne devez pas « mettre tous vos oeufs dans le même panier » et donc ne pas dépendre uniquement de votre rendement locatif. Vous devez diversifier au plus vos types de rendements au cas où vous auriez des soucis avec votre investissement locatif.

Rachat de crédit

Comme vous le savez, l’investissement immobilier n’est pas un investissement sans risque. Il y a en effet un risque désendettement si vous ne maîtrisez pas complètement votre projet immobilier ou si vous faites face à des imprévus, comme par exemple une crise financière qui fait brutalement chuter les prix de l’immobilier ou bien encore des problèmes personnels qui vous obligent à revoir vos dépenses, et notamment vos crédits. Quand la situation devient bien trop compliquée financièrement, alors le rachat de crédit est une solution qu’il faut envisager sérieusement. Cet article va vous permettre de comprendre ce qu’est le rachat de crédit, pourquoi il est efficace dans de nombreuses situations et ce qu’il implique.

Le rachat de crédit, ou regroupement de crédit, expliqué

Vous avez peut être (ou vous comptez le faire) souscrit plusieurs crédits, par exemple un prêt immobilier, un crédit pour une voiture ou encore un crédit à la consommation pour des dépenses diverses. Le rachat de crédit permet donc de regrouper tous vos crédits en un seul, afin de n’avoir qu’une seule mensualité regroupée et donc vous faciliter la gestion de votre crédit unique. Cela permet notamment de rallonger la date du crédit, et donc de diminuer les mensualités. Ainsi, en ayant des mensualités plus petites, vous allez pouvoir faire face à vos obligations et éviter surtout une situation de sur-endettement, qui pourrait vous causer des soucis encore plus importants.

Il existe plusieurs types de rachat de crédit, comme par exemple le rachat immobilier qui regroupe votre prêt immobilier ainsi que vos crédits à la consommation ou encore le rachat locataire qui permet de regrouper en un seul crédit tous vos crédits à la consommation. Pour opter pour un rachat de crédit, il va falloir que vous rapprochiez un courtier qui vous proposera une solution adaptée à vos besoins. Enfin, si vous êtes intéressé par cette solution, vous pouvez également vous rapprocher de la banque à laquelle vous avez emprunté pour savoir si elle a des offres en ce sens.

Prêt immobilier

Si vous avez comme projet d’acheter un bien immobilier mais que vous ne disposez pas de la totalité de la somme pour l’acheter, vous allez donc avoir besoin de faire un prêt immobilier. L’on peut également faire un prêt immobilier pour envisager une construction ou bien une rénovation. C’est donc vers les banques qu’il vous faudra vous tourner pour envisager de contracter un prêt immobilier. Cet article va vous présenter les conditions qu’il faut respecter pour pouvoir en contracter un. Sachez qu’en fonction de la conjoncture économique, vous allez avoir plus ou moins de mal à obtenir un tel prêt. Mais il ne faut pas vous désespérer, et il est également conseillé de comparer les offres de plusieurs banques avant de faire votre choix.

Les conditions pour faire un prêt immobilier

Tout d’abord, vous devez savoir que certaines conditions d’accès à un prêt immobilier vont varier d’une banque à une autre. Certaines banques prêterons plus facilement que d’autres. Néanmoins, il y a des conditions universelles à respecter. En voici quelques une :

  1. Avoir un apport situé entre 10 et 30% de la valeur du bien que vous voulez acheté.
  2. Présenter des garanties à la banque, en cas de difficultés de remboursement.
  3. Avoir des rentrées d’argent suffisantes pour ne pas risquer un endettement.

Ces quelques conditions vous seront demandées quelque-que soit la banque que vous allez démarcher, et certaines banques auront des conditions supplémentaires. Nous allons maintenant voir quelles sont les caractéristiques principales d’un prêt immobilier.

Caractéristiques d’un prêt immobilier

Si vous ne savez pas quelles sont les caractéristiques principales, voici les principales :

  1. Il est établi sur une longue durée (de quelques années à plusieurs dizaines d’années).
  2. Il est quasiment systématique accordé à taux fixe.
  3. Il se rembourse chaque mois, pas mensualités.
  4. Il est généralement contracté avec une assurance décès invalidité.

Voila donc pour les caractéristiques principales. Vous devez donc bien comprendre qu’un tel prêt vous engage, et surtout doit faire partie d’un projet de vie, étant donnée la période sur laquelle il s’étale.

Sachez aussi qu’il est possible de combiner ce prêt avec d’autres types de prêts, comme par exemple le PTZ (prêt à taux zéro), le prêt relais, le 1% patronal, etc.

Si vous êtes intéressé par un prêt immobilier, vous pouvez effectuer une simulation en vous rendant ici. Vous aurez alors une idée du montant que vous pouvez emprunter, en fonction de vos revenus et en fonction de la valeur du bien que vous souhaitez acheter.

Patrimoine immobilier

Le terme « Patrimoine Immobilier » désigne la totalité des biens immobiliers qui sont détenus par une personne. Ainsi, une personne peut vouloir constituer un patrimoine immobilier pour de nombreuses raisons. Cet article va donc vous présenter ces raisons et vous dire pourquoi avoir un tel patrimoine est important.

Le patrimoine immobilier, raisons et enjeux

Vous le savez peut-être, le marché de l’immobilier est un marché qui fluctue en permanence et qui évolue en fonction de l’offre et de la demande. C’est pourquoi, certaines périodes sont plus propices à la constitution de votre patrimoine que d’autres. Voici tout d’abord les raisons principales qui peuvent pousser à la constitution d’un patrimoine immobilier :

  • Constitution d’un patrimoine en vue de le transmettre en héritage,
  • Pour faire fructifier un investissement,
  • En vue de faire de l’investissement locatif,
  • Car l’immobilier représente un des investissements les plus sûrs.

Ces quatre raisons principales sont ce qui poussent généralement les personnes à opter pour ce type de patrimoine. C’est donc bien souvent dans une optique de faire travailler son argent mais aussi de pouvoir transmettre un héritage à ses enfants que l’on opte pour le patrimoine immobilier. Néanmoins, pour constituer ce patrimoine, il est nécessaire d’avoir des connaissances dans le marché de l’immobilier, et notre site peut vous aider à obtenir ces connaissances. Vous devez par exemple vous tenir informé de l’actualité économique afin de trouver le meilleur moment pour faire vos achats. Vous devez également s’avoir qu’un patrimoine immobilier peut être détenu aussi bien par une personne physique (un particulier par exemple) que par une personne morale (SCI par exemple). De même, vous pouvez utiliser différents dispositifs comme la Loi Pinel afin de profiter d’avantages fiscaux lorsque vous débuterez la constitution de votre patrimoine. Enfin, sachez qu’un patrimoine immobilier est quelque chose qui se construit sur plusieurs années, voir sur des dizaines d’années et même sur plusieurs générations. Vous devez donc au préalable définir les objectifs de votre patrimoine avant d’en commencer sa constitution.

Loi Alur

Votée en 2014, la Loi Alur, pour Accès au Logement et un Urbanisme Rénové, est une loi qui instaure notamment un plafonnement des loyers ainsi qu’une garantie de paiement des loyers pour les propriétaires, afin de faire face aux impayés toujours plus nombreux. Mais elle ne s’arrête pas, puisqu’elle modifie également les conditions de location des biens, l’attribution des logements sociaux ou encore vise à améliorer les normes de construction. Cette loi, avec la Loi Pinel, vise à relancer un marché de l’immobilier moribond. La Loi Alur a connue de nombreux déboires, elle a été présentée à l’Assemblée Nationale en Juin 2013, pour être finalement adapté qu’en Février 2014.

Les mesures emblématiques de la Loi Alur

Voici les principales mesures qui ont fait de cette loi un changement important pour de nombreux propriétaires :

  • Encadrement des loyers dans 28 agglomérations de plus de 50 000 habitants) avec trois indicateurs de loyers,
  • Garantie Universelle des Loyers (GUL) qui permet de protéger les propriétaires contre les impayés,
  • Les expulsions rendues plus compliquées, avec une trêve hivernale étendue et d’une peine pénale pour les propriétaires tentant d’expulser par la force leurs locataires,
  • Lutte renforcée contre les vendeurs de sommeil, la loi exige que plus de 450 000 habitats soient remis aux normes pour présenter des conditions dignes,
  • Réforme de la gestion des copropriétés
  • Urbanisme : Promotion du PLU (Plan Local d’Urbanisme) afin de donner plus de poids aux collectivités locales dans la gestion de leur urbanisme.
  • Attribution des logements sociaux plus juste.

Mais la Loi Alur, une loi contestée

Mais la Loi Alur est loin, très loin de faire l’unanimité, que ce soit au sein des professionnels de l’immobilier, des propriétaires, des économistes ou même des politiques. Ainsi, plusieurs dispositions ont été modifiées afin de répondre à la colère qui gagnait le secteur. L’encadrement des loyers n’est ainsi appliqué uniquement qu’à Paris et à Lille. La garantie universelle des loyers ne concerne plus tous les propriétaires mais uniquement ceux dont les ressources ne permettraient pas de faire face à d’éventuels impayés.

Il faut savoir que l’objectif principal de cette loi est de relancer le marché de l’immobilier, qui connait un fort ralentissement en raison des différentes crises économiques et sociales. Mais cette loi est loin d’atteindre les objectifs pour lesquelles elle a été mis en oeuvre. Ainsi, sur les 500 000 constructions de logements qu’elle aurait dû entraîner, seuls 320 000 ont été construits. Reste à savoir si les gouvernements à venir vont maintenir les principes de cette loi, les renforcer ou tout simplement les abroger.

Loi Pinel

Vous êtes intéressé par l’achat d’un bien immobilier mais vous voulez en savoir plus sur la loi Pinel. Cette loi porte le nom du Ministre du Logement, Sylvia Pinel, qui a mis en place ce dispositif particulièrement avantageux. Ce dispositif a été introduit en 2015 et il est toujours actif. Cet article va donc vous permettre de comprendre c’est qu’est concrètement la Loi Pinel.

La loi Pinel, c’est quoi ?

En 2015, l’objectif est clair : faire redémarrer le marché de l’immobilier qui est alors au ralentit. Pour se faire, le gouvernement a donc voulu rendre plus attractif fiscalement parlant ce marché. C’est donc la ministre Sylvia Pinel qui était chargée de réfléchir à un dispositif. Ainsi, afin de donner envie aux personnes d’investir dans un logement, il fallait réfléchir à une défiscalisation plus intéressante. C’est ainsi que la loi Pinel est née. Ce dispositif vise non seulement à soutenir l’achat d’immobiliers, mais aussi à favoriser la construction de nouveaux. Ce dispositif permet également à un plus grand nombre de foyers d’accéder enfin à la propriété.

Le dispositif Pinel, pour quelle défiscalisation ?

Vous vous demandez donc à quelle défiscalisation vous allez avoir le droit. Et bien cette dernière est calculée sur la valeur du bien immobilier mais aussi sur le nombre d’années pendant lesquelles vous allez mettre votre bien en location. Il y a trois paliers qui sont les suivants :

Sur 6 ans : 12% de réduction d’impôts

Sur 9 ans : 18% de réduction d’impôts

Sur 12 ans : 21% de réduction d’impôts.

En d’autres termes, plus vous allez louer votre bien longtemps, plus la loi Pinel vous sera avantageuse.

Les conditions requises pour la loi Pinel

Afin que vous puissiez bénéficier de ce dispositif, vous devez respecter plusieurs conditions, lesquelles sont :

  1. Durée de location minimum de 6 ans,
  2. Mise en location du bien dans les 12 mois à compter de son acquisition,
  3. Respect des plafonds de loyers et ressources des locataires,
  4. Le bien doit être loué en tant que résidence principale pour le locataire.

Il est donc obligatoire de respecter ces quatre conditions pour bénéficier de la loi Pinel.

Il y a également deux restrictions à prendre en compte :

  1. La valeur du mètre carré de votre bien doit être au maximum de 5500 euros.
  2. Le montant de votre investissement ne doit pas dépasser 300 000 euros par an, répartis sur un ou deux biens.

Le plafond de ressources dépend de la zone de résidence. Si vous le souhaitez, vous pouvez vous rendre ici afin de faire une simulation afin de voir ce que la loi Pinel peut vous apporter.

 

Les garanties générales

Les garanties générales dans l’immobilier

Le vendeur est censé parfaitement connaître le bien mis en vente.

Il est tenu à ce titre d’un devoir d’information envers l’acheteur et il doit livrer le bien en respect de ses engagements : c’est l’obligation de délivrance la loi lui impose de garantir sur 1, 2 ,ou 10 ans, selon leur nature ou leur gravité les dommages liés à l’ouvrage.

Le devoir d’information

Le vendeur est tenu de communiquer à l’acheteur toutes les informations en sa possession au moment de la vente et de révéler clairement à l’acquéreur ce qui ne se voit pas: servitudes, caractère inondable d’un terrain, éventuelles procédures en cours, existence d’un bail.

Afin de se prémunir de toute action ultérieure, il est de l’intérêt du vendeur de communiquer par écrit, dans l’avant contrat et l’acte de vente, l’ensemble des défauts ou risques que présente le bien vendu.

Si celui-ci cache une information importante l’acheteur est en droit de demander une diminution du prix ou la réparation du préjudice subi par une remise en état au frais du vendeur, des dommages et intérêts, ou encore l’annulation de la vente dans les cas les plus graves.

Le vendeur est alors condamné au remboursement du prix et parfois au versement d’indemnités à l’acheteur pour réparer le préjudice subi: frais de déménagement, de recherches d’un autre logement, etc

L’obligation de délivrance

Le vendeur doit remettre le bien vendu dans l’état où il se trouvait le jour de la conclusion de la vente, et en conformité avec les dispositions contractuelles soumis au devoir de conservation, il doit en prendre soin et veiller à sa non dégradation.

Notamment il doit laisser les éléments d’équipement, tels que les radiateurs, l’installation de chauffage, les équipements sanitaires…

Sauf disposition contraire, le vendeur peut retirer tous les éléments mobiliers tel que les éléments de cuisine, les tringles et rideaux, les meubles et tapis…

Si le vendeur ne remplit pas son obligation de délivrance, l’acheteur peut demander en justice :

l’annulation de la vente: le vendeur est alors condamné au remboursement du prix et parfois au versement d’indemnités à l’acheteur pour réparer le préjudice subi: frais de déménagement, de recherches d’un autre logement, etc
ou son exécution forcée : le tribunal peut ainsi ordonner la remise des clefs, avec une astreinte à payer par jour de retard

La Garantie contre l’éviction

La garantie d’éviction assure à l’acheteur la possession paisible du bien acheté et le protège contre tout obstacle le privant de la jouissance du dit bien.

Le vendeur est responsable des éventuelles contestations émises par des tiers à l’encontre des droits de l’acquéreur. Il doit prendre sa défense si un tiers prétend avoir un droit sur le bien vendu .

par exemple si un tiers revendique une partie de la surface de l’immeuble, invoque une servitude non mentionnée dans l’acte de vente, etc.

Enfin il se doit d’avertir l’acheteur de toutes les charges qui grèvent le bien.

La garantie contre les vices cachés

Le vendeur est tenu de la garantie à raison des défauts cachés de la chose vendue et des vices cachés et qui rendent le bien impropre à l’usage auquel il est destiné ou qui réduit tellement cet usage que l’acheteur ne l’aurait pas acquise, ou n’en aurait donné qu’un moindre prix s’il les avait connus.

Lorsqu’il est de bonne foi, une clause du contrat peut l’en exonérer, sauf s’il est un professionnel de l’immobilier.

un vice caché répond à 3 critères :

rendre le bien impropre à un usage normal

un défaut d’étanchéité d’une maison
un système d’assainissement ne répondant pas aux normes légales
le ruissellement de l’eau de pluie dans les murs ou qui remonte à travers le plancher
une fissure sur la façade

être caché

l’acheteur ne devait pas avoir connaissance du défaut au moment de la vente
le vice caché est un défaut impossible à déceler sur-le-champ

  • une fissure importante cachée sous une moquette
  • une fente dans une façade dissimulée par une vigne vierge
  • une installation électrique non-conforme réalisée par le vendeur lui-même

exister avant la vente

être antérieur au moment de la vente. La preuve de l’antériorité incombant à l’acheteur.

l’action en garantie

L’action en garantie des vices cachés doit être intentée par l’acheteur dans un bref délai après la découverte du défaut, les tribunaux admettant des délais allant de six mois à un an.

L’acheteur qui découvre un vice caché a le choix entre deux solutions :

rendre le bien et se faire restituer le prix en engageant une action dite « rédhibitoire » qui entraîne l’annulation rétroactive de la vente et la restitution du prix majoré des frais
ou garder le bien et se faire rendre une partie du prix en engageant une action dite « estimatoire » et exiger une restitution partielle du prix, qui est laissée à la libre appréciation du juge

En outre il peut demander des dommages-intérêts mais seulement en cas de mauvaise foi du vendeur, c’est-à-dire s’il prouve que celui-ci connaissait l’existence du défaut au moment de la vente.

Cette garantie ne s’applique aux ventes d’immeubles à construire, qui sont soumises à des règles particulières, ni aux ventes aux enchères.

Les garanties des biens neufs

Les garanties attachées aux biens achetés neufs et ayant moins de 10 ans

Les garanties attachées aux biens achetés neufs et ayant moins de 10 ans s’exercent à compter de la date de réception des travaux.

Il existe trois types de garantie :

la garantie de parfait achèvement
la garantie de bon fonctionnement
la garantie décennale

La garantie de parfait achèvement

La garantie de parfait achèvement, d’une durée d’un an, couvre tous les défauts de construction : malfaçons, travaux non conformes :

mentionnés dans le PV de réception
ou signalés par envoi de courrier en recommandé avec accusé de réception par ailleurs c’est la seule garantie couvrant les problèmes d’isolation phonique

La garantie de bon fonctionnement

La garantie de bon fonctionnement, d’une durée de 2 ans, couvre tous les vices apparaissant sur les éléments démontables, enlevables et remplaçables : tels que volets et portes, robinetterie, radiateurs

La garantie décennale

La garantie décennale, d’une durée de 10 ans, couvre les dommages qui compromettent la solidité de la construction ou la rendent inhabitable:

les ouvrages d’ossature : fondations, éléments porteurs, toiture, charpente
les infiltrations d’eau, fuite des canalisations même si les dommages proviennent du sol
les ouvrages de viabilité: voirie et réseaux
les éléments d’équipement : chauffage central, portes extérieures, plomberie

L’assurance dommages-ouvrage

Pour faciliter la mise en œuvre de la garantie décennale, le législateur a instauré des obligations en matière d’assurance construction aussi bien pour le constructeur, que pour le particulier:

une assurance dommages-ouvrage obligatoire pour le maître d’ouvrage, soit la personne qui fait construire:

  • le promoteur en vente en l’état futur et achèvement
  • l’acquéreur en contrat de construction de maison individuelle

et une assurance responsabilité professionnelle obligatoire pour tous les intervenants de la construction : architecte, constructeur, entrepreneur, promoteur

L’assurance dommages-ouvrage a pour but de garantir le paiement des travaux de réparation des dommages couverts par la garantie de parfait achèvement et par la garantie décennale sans avoir à attendre qu’un tribunal se soit prononcé sur la responsabilité de chaque professionnel.

Elle doit être souscrite avant l’ouverture du chantier et expire en même temps que la garantie décennale, ce qui signifie que la disparition ou la faillite de l’entrepreneur n’empêchera pas d’être indemnisé pour autant.

Elle prend effet après l’expiration du délai de garantie de parfait achèvement, toutefois elle garantit le paiement de réparations nécessaires lorsque :

avant la réception des travaux

    • après une mise en demeure restée infructueuse qui constate la défaillance de l’entrepreneur

en cas de faillite ou de résiliation du contrat pour inexécution

après la réception pendant le délai de parfait achèvement

  • après une mise en demeure restée infructueuse dans laquelle il est demandé à l’entrepreneur de réparer les vices ayant fait l’objet de réserves lors de la réception et ceux signalés dans l’année

à l’expiration du délai de la garantie de parfait achèvement

La déclaration de sinistre doit se faire dans un délai de 5 jours après la constatation des faits et doit être adressée à l’assurance par envoi de courrier en recommandé avec accusé de réception, ou être déposée contre récepissé.

Le rôle du notaire

 

Choisir un notaire

Vous avez trouvé l’appartement ou la maison de vos rêves. Et donc, vous allez entrer dans la phase d’acquisition de ce bien. Cette acquisition sera précédée de ce qu’on appelle un « avant-contrat». À ce stade, il est vivement recommandé de contacter un notaire. Il intervient lors des étapes clés de l’acquisition d’un logement. Lorsqu’on achète un bien immobilier, son intervention est –elle indispensable ? Pour plus d’informations, ci-dessous les explications détaillées.
L‘intervention d’un notaire lors d’un achat bien immobilier est tout à fait indispensable. Il est d’abord le seul habilité à adresser un acte authentique. Hors, pour être publié aux bureaux des hypothèques, les actes d’achat doivent être authentiques. Ceci explique son intervention systématique. En dehors de ce rôle systématique, il peut également dispenser, à chacun des acquéreurs, des conseils adaptés à la situation de chacun de ces acquéreurs.

Mais comment choisit-on son notaire ?

Le choix est libre. C’est une liberté fondamentale. On choisit son notaire, pour des raisons tout simplement de proximité; ou encore parce que tel ou tel autre aura été conseillé par des proches; ou encore parce qu’un notaire sera connu pour maîtriser telle ou telle spécialité.

Quel est le rôle du notaire dans le processus d’achat ?

Son rôle dans le processus d’achat est d’accompagner ses clients depuis l’avant-contrat jusqu’à la vente. C’est-à-dire depuis la signature, soit du compromis, soit de la promesse de vente, jusqu’à la signature de l’acte authentique.

Quelle est la différence entre un compromis et une promesse de vente ?

La différence entre un compromis et une promesse de vente est essentiellement constituée de la nature des engagements, qui seront différents dans un cas et dans l’autre.
– Dans le cas de la promesse de vente, l’engagement est dit unilatéral, il est souscrit par le promettant futur vendeur qui solde son gage à vendre.
– Dans le cas du compromis, l’engagement sera réciproque et dit également symétrique. Le vendeur s’engagera à vendre, donc l’acquéreur s’engagera à acheter.

À quoi correspondent les frais de notaire ?

Les frais de notaire correspondent en réalité aux frais d’acquisition. Ils sont constitués bien entendu des honoraires du notaire, mais qui ne représentent que 1%. Le reste qui représente 6% dans le cas de l’ancien et à peu près 2% dans le cas d’un achat neuf. Le reste est constitué de frais, de droit, et de taxe, principalement de fiscalité.

Home Staging

Importé des Etats-Unis, le home staging est la meilleure solution pour mettre en valeur une demeure dans le but de la mettre en vente. Pour rendre le bien immobilier attractif aux yeux des éventuels acheteurs. Les experts du domaine, home-stageurs, se basent essentiellement sur deux principes : neutraliser l’intérieur, et le moderniser. Cette expertise aide l’acquéreur à se projeter dans chacune des pièces dès le premier regard. Découvrez quelques principes de bases pour ce faire.

Vider, trier, épurer, désencombrer : principes du home staging

Exit les bibelots, les plantes et autres babioles, il est important de savoir que 60% de ce que nous avons à la maison est (plus ou moins) inutile. Il est donc conseillé de se débarrasser de ces derniers pour optimiser le plus possible l’espace de chaque intérieur pour mettre en valeur son potentiel. L’idée est de retirer toutes les meubles imposants et l’accumulation d’objets décoratifs pour que l’on puisse respirer.

Dépersonnaliser son intérieur

L’intérieur doit être le plus neutre possible. Ici, il n’est plus question de partager son hobby ou de faire ressortir à travers la décoration ses goûts et sa personnalité. Chaque pièce doit être le plus neutre possible. Pour cela, il faut meubler judicieusement car rien ne doit entraver le passage, sous aucun prétexte. Un mauvais agencement des meubles véhicule l’image d’un petit appartement. Par ailleurs, il faudra accorder une attention particulière aux chambres : meubles minimalistes seront obligatoires du fait que dans les logements récents, ces pièces sont petites.

Un éclairage adapté

Le secret de ce dernier réside dans la multiplication de points lumineux et dans la diversité des hauteurs de ces points. Le mieux est donc d’opter pour des abats jours de couleurs claires et sobres, le blanc, le beige ou encore le gris clair seront les bienvenus. Les suspensions en verre transparents sont aussi recommandées. Il ne faut pas oublier d’allumer les lampes durant les visites.

Les travaux de rénovations

Évidemment, des travaux de rénovation doivent être obligatoirement réalisés. Les fils qui pendent, les papiers peints déchirés et les plinthes manquantes ne font pas bonne impression. Il est important d’investir dans ces petits détails qui pourraient témoigner d’un manque de soin et d’investissement lors d’une vente immobilière. Tous les travaux doivent être faits sans exception.

Présenter un intérieur impeccable lors des visites

La maison doit être extrêmement propre lors des visites. La poussière et les tâches ne devront en aucun cas paraître sur les meubles, les mûrs et le sol. Aussi, il faudra nettoyer les odeurs et aérer le logement.